Concert Karl Jenkins - Bordeaux

Le « Stabat Mater » de Karl Jenkins (un compositeur gallois né en 1944) est une oeuvre inclassable. Elle date de 2008 : il s’agit d’une vaste fresque qui traite certes de la mort du Christ mais aussi, plus largement, du deuil et de la douleur de la séparation. Jenkins y réussit la synthèse des trois religions du Livre, en replaçant la Crucifixion dans son contexte historique et géographique, à savoir la Palestine occupée par les Romains : d’où une alternance d’harmonieuses polyphonies sur le texte latin de Jacopo Todi, de lamenti évoquant tout à fait les pleureuses arabes, de psaumes en hébreu, de douce mélopées en anglais qui commentent avec tendresse les larmes de Marie, voire d’épisodes guerriers où l’on voit véritablement défiler les légions romaines. Le dixième numéro quant à lui est un sublime « Ave Verum Corpus » tout en douceur qui ne sort pas du sujet puisqu’il évoque lui aussi la mort du Christ.

   Et que dire des darboukas et autres percussions de l’Orient qui, discrètement présentes dès le début de l’oeuvre, prennent peu à peu le pouvoir au cours du douzième et dernier numéro, pour exploser à partir des mots « Paradisi Gloria » en une danse hypnotique et sacrée.

Cette œuvre est écrite pour chœur, mezzo-soprano solo (la magnifique Nadine Gabard) quintette à cordes, clavier, percussions, cor, hautbois, cor anglais et trompette.

Notre concert débutera en outre par cinq motets pour chœur et piano (au clavier France Desneulin) du même Karl Jenkins – une sorte de florilège de ses œuvres les plus connues.

Eglise Saint Nicolas Rue saint Nicolas, 33800 Bordeaux

Au programme

 

Cinq Motets et "Stabat Mater".